Billets Eusko

L’Eusko, en Pays Basque : monnaie locale la plus dynamique de l’Hexagone

L’Eusko, la monnaie locale complémentaire du Pays Basque, a été lancé le 31 janvier 2013 avec deux grands objectifs que sont d’une part la relocalisation de l’économie, pour préserver l’environnement et l’emploi local, et d’autre part la promotion de l’usage public de la langue basque, l’euskara, pour participer à sa sauvegarde car elle est menacée (des centaines de langues disparaissent chaque année dans le monde, il faut arrêter ce mouvement d’extinction des langues vivantes).

Nous nous rendons compte aussi, au quotidien, qu’une monnaie locale amène certes les gens à réfléchir sur l’économie et le mode de fonctionnement de notre société, mais leur propose surtout un moyen facile d’agir. Une monnaie locale, c’est un outil très simple et très motivant pour toutes les personnes – et elles sont nombreuses – qui ont envie de participer à la construction d’une société plus harmonieuse, écologique et inclusive. Tout le monde peut se reconnaître aujourd’hui dans ce projet. Et cette opportunité de passer à l’action avec l’eusko est aujourd’hui très bien comprise : des personnes très différentes utilisent l’eusko avec une grande motivation, tout simplement parce que c’est pour elles l’occasion de participer à un projet collectif, sérieux, qui change les choses.

Billets Eusko

Une monnaie locale, c’est aussi un moyen de relier les gens, et encore une fois des gens très différents a priori : militant·e·s écologistes et amoureux·ses de la langue basque, commerçant·e·s de toutes sortes, paysan·ne·s, chef·fe·s d’entreprises, élu·e·s locaux/locales, graphistes, médecins, etc. Toutes ces personnes, chacune de leur côté et de plus en plus les unes avec les autres, utilisent l’eusko au quotidien. Des centaines de client·e·s vont voir de nouveaux commerces parce qu’ils peuvent y payer en eusko, et parce qu’ils savent que ces commerçant·e·s s’engagent dans le bon sens. Des centaines de nouvelles relations commerciales sont aussi créées entre entreprises, commerces et associations du Pays Basque.

Et cela va en s’accélérant. Notamment parce que nous faisons sans cesse évoluer notre projet pour, tout en restant fidèles à nos fondamentaux, répondre aux attentes des utilisateurs·trices de l’eusko. Nous avons ainsi cette année mis en place un système de comptes en eusko, reliés à une carte de paiement, l’euskokart, pour payer chez les commerçant·e·s. C’est un système 100% indépendant, parce qu’il est important de maîtriser ses outils, et qui répond vraiment aux besoins. Si l’on prend les chiffres du Grand Défi des Alternatives, nous sommes passé·e·s depuis le début du mois de mai de 570 000 à 697 000 eusko en circulation, c’est une progression sans précédent pour nous. De tous côtés, on sent que l’eusko est de plus en plus considéré comme un moyen efficace de faire avancer les choses, et de plus en plus de gens participent. C’est ça pour nous le plus important : nous avons créé un système vertueux, qui a fait ses preuves en termes de soutien à l’économie locale, à l’agriculture paysanne, au commerce de proximité, à la langue basque, et plus nous serons nombreux·ses à participer, plus les effets vertueux de cet outil se feront sentir. Et ce qui est vrai ici est vrai partout où se développent des monnaies locales, il faut les intégrer à notre quotidien parce que c’est un très bon moyen de passer à l’action !

> Retrouvez les défis monnaies locales dans l’équipe Épargnons le climat : https://defi-des-alternatives.fr/les-defis/les-defis-finance/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *