18619909 872426766244813 1410187482552860055 N

La Cour Cyclette

On en avait marre de voir Urban Wheel Garage Héritage, notre petit commerce de banlieue parisienne, atelier de réparation cycles et motocycles se recroqueviller sous le rouleau compresseur des grandes enseignes, des habitudes qu’elles ont créées auprès de nos voisins de quartier, transformés en consommateurs disciplinés et avides de sur-consommation destructrice, et qui ont perdu le réflexe de s’approvisionner auprès des artisans locaux, pourtant organisés pour proposer leur savoir-faire dans la durée et dans le respect de leurs clients.

À force de courir après la chimère de concurrencer les monopoles et le e- ou Uber-commerce, de déployer des politiques marketing coûteuses, qui ne nous ressemblaient, pour tenter d’inverser la tendance, pour vanter notre commerce local et nous faire connaître, sans véritable résultat, nous avons décidé de faire autrement!

Il y a un an, au hasard des rencontres, notamment avec Alternatiba Alfortville, et un tempérament militant, nous avons entrepris d’ouvrir notre société et notre outil de travail – sur notre ville, à commencer par notre quartier et que le lieu devienne au fur et à mesure du temps et du déploiement du projet une fabrique de biens communs.

Concrètement : notre local – un bel atelier traditionnel du Val de Marne, charpente en bois, tuiles mécaniques et à l’intérieur plein d’outils, bécanes, vélos à l’ancienne – allait devenir l’épicentre d’un laboratoire d’expériences économique, sociale et solidaire, avec une bonne dose de réflexion et d’application écologique.

Nous avons donc rebaptisé le lieu – pour le distinguer du nom de la société et pouvoir le diviser en plusieurs pôles d’activité – et l’avons appelé La Cour Cyclette. Avec les habitants du quartier, des collectifs d’associations locales, nous avons créé une association « Les Amis de la Cour Cyclette ».

Sans plus tarder depuis la création de l’association, Les Amis de la Cour Cyclette et l’équipe d’Urban Wheel (5 personnes dont 3 mécaniciens) oeuvrent tous azimuts pour concrétiser le tiers lieu :

  • Mise en place de commissions thématiques- dont une commission éco-mobilité ;
  • Réorganisation de l’espace ;
  • Adoption d’une forme SCOP par le commerce de cycles/motcycles ;
  • Création d’un petit restaurant en circuits court ;
  • Organisation d’ateliers auto-réparation dans la ville ;
  • Organisation de l’étape à Alfortville du Tour de Start-up nation Alternatiba, pour qu’elle soit accueillie dans le tiers lieu.

Quelques mois plus tard, nous avançons à grands pas. Exemple, d’ores et déjà la commission éco-mobilité – en bonne coordination avec le collectif Alternatiba Alfortville – a mis en place un programme d’actions pour développer l’usage du vélo par tous les habitants d’Alfortville, à commencer par favoriser le recyclage des vélos mis au rebut.

C’est ainsi que Les Amis de la Cour Cyclette, s’étant rapprochée de la Cyclofficine – association de la commune voisine d’Ivry reconnue pour son savoir faire des ateliers auto-réparation – et l’association Socialidaire présente auprès des jeunes et des familles dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, ont pu mettre en place en partenariat avec le bailleur social Logial – des ateliers auto-réparation et recyclage de vélos au coeur du quartier populaire Chantereine.

Ces ateliers sont une grande réussite : les jeunes viennent nombreux, se passionnent pour le maniement des outils et la réparation des bicyclettes. Les efforts en matière de communication pour que nous puissions récupérer des vélos remisés nous permettent de constituer un parc de vélos qui peuvent être remis en circulation, presque sans aucun échange marchand. Nous souhaitons maintenant trouver le financement pour l’organisation de ces ateliers sur une base régulière, et que les jeunes puissent de manière permanente- pas seulement lors d’une manifestation festive- et dans leur environnement, entretenir leur vélo, et peut-être recycler d’autres objets d’usage courant.

–> voir le reportage du Parisien

Et force est de constater : plus on déploie les initiatives, plus on ouvre un champ de possibilités d’une ville plus équitable, plus respectueuse de la planète, plus juste, plus douce et plus heureuse. Notre ambition : avancer pas à pas en nous appuyant sur ces expériences à petite échelle, ouvrir de nouvelles commissions et chantiers et petit à petit créer et entretenir notre fabrique de biens communs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *